Le jeune homme qui jouait avec un avion en papier…


Tout √† l’heure, √† l’arr√™t de bus en face de chez moi, j’ai vu un jeune homme… Je dirais qu’il avait la vingtaine. Il √©tait seul, et il jouait √† faire voler un avion en papier.

J’ai trouv√© √ßa tellement beau, √ßa m’a donn√© le sourire imm√©diatement. Vous me direz… 20 ans, et jouer avec un avion en papier… Vraiment ?! Et je vous l’accorde, c’est difficile √† croire. J’ai eu l’impression d’√™tre une privil√©gi√©e qui captait un instant fugace de la manifestation de l’enfant que nous sommes encore quelque part, enferm√©s dans nos corps d’adultes. Cet enfant l√†, d’environ 20 ans, jouait avec un avion en papier. Et j’√©tait √©merveill√©e… Et en y repensant, j’ai encore le sourire aux l√®vres.

Je me suis demand√©e sinc√®rement si ce sourire sur mes l√®vres √©tait un sourire moqueur… Mais non, vraiment pas. C’√©tait de la joie toute simple.

√áa a dur√© une fraction de seconde. Des voitures sont arriv√©es, et il s’est imm√©diatement arr√™t√© de jouer, reprenant une attitude et une posture ¬ę¬†s√©rieuse¬†¬Ľ. Il a cess√© de jouer quand il a vu qu’il pourrait √™tre observ√©.

Crédit photo : Kristopher K (Pixabay)

Pourquoi… Aurai-je fait de m√™me √† sa place? Absolument, sans l’ombre d’une h√©sitation.

Mais qu’est-ce qui nous am√®ne √† cesser de jouer une fois adultes, d√®s qu’on se sait observ√©s? Qu’est-ce qui nous pousse donc √† prendre cette attitude s√©rieuse?

J’y ai r√©fl√©chi… Est-ce la honte de ne pas se comporter comme une personne de son √Ęge le devrait? La peur de sortir du cadre? La crainte d’√™tre jug√©?

La crainte du jugement

J’y reviens souvent, en ce moment, √† cette notion de jugement. D√©j√† entre adultes, je trouve que c’est pesant et que √ßa d√©grade beaucoup les relations… Mais cette r√©action, si elle ne vient pas de la crainte du jugement… d’o√Ļ vient-elle? Et si elle d√©coule de cette peur d’√™tre jug√©, √ßa veut dire qu’√† un moment en tant qu’adulte en devenir, on assimile qu’il faut arr√™ter de jouer pass√© un certain √Ęge? qu’il faut avoir un air s√©rieux, sage?

De quelle fa√ßon int√®gre-t-on ce genre de comportement? A quel moment fait-on taire notre enfant int√©rieur? Est-ce qu’on peut emp√™cher √ßa?

En tant que maman, je me pose beaucoup de questions sur mon comportement et mes r√©actions. A la fois comme adulte, et potentiel mod√®le de mes enfants, et aussi comme m√®re imparfaite √† qui il arrive parfois d’√©mettre des jugements… Parfois m√™me sur mes propres enfants.

Mes enfants sont une source de remise en question, et un moteur pour devenir la meilleure version possible de moi m√™me. Et leur offrir le meilleur est rien de moins que mon objectif. √Čtant tous les deux adolescents, ils sont vraiment en plein dans la tranche d’√Ęge critique : A la recherche de leur individualit√©, tout en cherchant √† appartenir √† un groupe. A l’√Ęge o√Ļ les critiques et jugements sont fr√©quents et parfois violents. J’ai √† cŇďur d’√™tre pour eux le meilleur soutien possible, tout en respectant l’intimit√© et l’ind√©pendance dont ils ont besoin. C’est un √©quilibre difficile √† atteindre… Mais si je ne peux agir directement sur eux, au moins je peux me changer, et cesser de juger. Cesser de ME juger aussi.

Le poids et les cons√©quences du jugement… J’y avais d√©j√† pens√© √† de nombreuses reprises, bien entendu. Mais la lecture des 4 accords Tolt√®ques il y a quelques mois a vraiment mis un coup d’acc√©l√©rateur radical au changement qui avait d√©j√† commenc√© √† s’op√©rer en moi. Chacun d’entre nous fait de son mieux, m√™me quand il juge. Et quand je cesse de juger les autres et moi m√™me, je me sens vraiment mieux. Et si je ne prends rien personnellement, alors les jugements des autres n’ont pas de prise sur moi.

Facile √† dire, difficile √† mettre en pratique. Tout ceci n√©cessite du temps bien entendu… Mais finalement, ne sommes nous pas l√† pour √ßa?

La vie est un jeu

J’ai d√©j√† eu l’occasion de lire √† plusieurs reprises que finalement la vie √©tait un jeu.

Si l’on consid√®re que nous sommes sur terre pour trimer, travailler, souffrir, subir, craindre tout et n’importe quoi… La vie est-elle satisfaisante? Je ne crois pas. Et pourtant, c’est ce que beaucoup d’entre nous pensent. Et ils vivent leur vie en allant de frustrations en d√©ceptions, et ressentent col√®re, d√©sarroi et incompr√©hension face aux nombreuses difficult√©s et emb√Ľches qui ne manquent pas de se pr√©senter sur le chemin de chacun d’entre nous.

Ne vaut-il pas mieux consid√©rer la vie d’une toute autre mani√®re?

Je pr√©f√®re pour ma part consid√©rer ma vie comme un terrain de jeu, un lieu d’apprentissages et de d√©couvertes… Chaque personne que je c√ītoie, chaque situation que je vis a quelque chose √† m’apprendre. J’attire √† moi les personnes et les circonstances dont j’ai besoin pour grandir. J’en suis convaincue. Et en √©tant convaincue de √ßa, je peux traverser la vie en √©tant consciente de la chance qui m’est donn√©e d’apprendre, de me rapprocher de moi m√™me chaque jour un peu plus. Je n’ai pas toujours vu les choses de cette fa√ßon, loin de l√†! Et j’ai eu des p√©riodes de doutes et d’incompr√©hension moi aussi… Et pourtant, avec le recul, je sais que je suis une sacr√©e chanceuse et que la vie me veut du bien!

√áa ne rend pas les choses plus faciles √† vivre. Dans l’instant, un coup dur reste un coup dur. Mais une fois le coup encaiss√©, j’aime garder √† l’esprit que tout arrive pour une raison ; et que tout le monde fait simplement de son mieux en toutes circonstances. √áa m’aide beaucoup √† prendre du recul, et √† n’en vouloir √† personne. La rancune n’√©tant pas ma tasse de th√©, je m’all√®ge de tout fardeau inutile et je continue d’avancer, de jouer, d’aimer la vie et les autres…

Et je m’√©merveille devant ce jeune homme, qui jouait avec un avion en papier…

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.